samedi 13 juillet 2013

L'hypothèse d'une perversion homosexuelle féminine

La question de l'homosexualité féminine soulève généralement deux problèmes, qui se rejoignent d'ailleurs : le premier concerne le rapport apparemment asymétrique entre les formes masculines et féminines de l'homosexualité, le second est celui de l'existence éventuelle d'une forme typiquement féminine de perversion, se manifestant (entre autres) par des traits d'homosexualité. Reste à savoir dans quels cas précisément et selon quelles modalités car il est évident que l'homosexualité en général, pas plus féminine que masculine, ne saurait être rangée dans une quelconque catégorie clinique. L'hypothèse selon laquelle l'homosexualité, en général, relèverait soit d'une forme de perversion soit d'une forme de névrose, est totalement exclue ! Lacan soutenait, quant à lui, que l'homosexualité ne pouvait signifier que l'amour du même, c'est-à-dire du sexe universellement masculin symbolisé par le phallus, tandis que l'amour des femmes méritait de quelque forme qu'il se présente le qualificatif d'hétérosexuel, puisque aimer une femme revient toujours à aimer l'autre sexe. De ce point de vue, écartant résolument le critère de l'inversion, il n'y aurait tout simplement pas d'homosexualité féminine, pas plus d'ailleurs que de perversion féminine. Pourtant, si l'on parvient à montrer que le fantasme de certaines femmes incluant une forme particulière de fétichisme relève de la perversion, il faudra bien admettre que leur identification phallique les éloigne radicalement de l'amour des femmes et donc de l'hétérosexualité. Sans parler, bien entendu, des cas d'homosexualité féminine n'ayant rien à voir, ni de près ni de loin, avec la perversion !
Une chose est sûre, si l'homosexualité féminine semble moins scandaleuse et moins surveillée que l'homosexualité masculine, c'est parce qu'elle ne remet pas fondamentalement en cause la dignité du sacro-saint phallus, symbole de la Loi et de l'ordre dans notre civilisation. En effet on ne peut s'affranchir de l'impression (fausse, en grande partie, comme nous le verrons) que les homosexuelles, quelque soit leur structure, ne peuvent éviter de "faire l'homme" quand bien même elles passeraient leur temps à le défier. Il convient d'abord, au moins à titre heuristique, de repérer une forme d'homosexualité féminine relevant clairement de la structure hystérique. La question fondamentale porte sur la nature du désir féminin, via une identification au père imaginaire (comme dans toute névrose). L'hystérique refuse de considérer que ce désir se satisfasse, pour une femme, à accepter le rôle d'objet de jouissance que les hommes leur attribue, plus ou moins systématiquement, dans leur fantasme. Elle pose donc - à une femme d'abord, mais au-delà, à l'homme - la question de savoir comment on aime une femme. Elle ne veut rien savoir du désir masculin, elle ne veut que l'amour ; elle ne veut pas être objet de fantasme, mais objet d'adoration. C'est pourquoi elle a recourt à l'autre femme, aimée ou amante, pour médiatiser son rapport avec les hommes dans l'ordre du désir. Or, cette distinction fondamentale du désir et de l'amour nous amène à considérer que, certaines fois, c'est bien de désir qu'il s'agit entre femmes et non d'amour. Ce qui compte, ce n'est pas seulement le choix d'objet (sans discrimination a priori entre amour et désir), mais l'identification sexuelle, au niveau du fantasme, impliquant cette fois les dimensions du désir et de la jouissance. Certaines femmes, en effet, désirent les femmes exactement comme les hommes peuvent les désirer, c'est-à-dire en les réduisant d'abord à des objets de jouissance, et n'y incluant l'amour qu'après-coup. 
Comment une telle différenciation sexuelle, entre femmes… du même sexe, peut-elle se constituer ? C'est ici que la dialectique phallique reprend ses droits, en ce sens que l'identité sexuelle n'est pas biologique mais qualifie un certain rapport symbolique au Phallus (en tant qu'unique symbole sexuel), soit deux types de rapports qui se spécifient grammaticalement sur les modes de l'avoir et de l'être. Avoir le Phallus, ce n'est pas spécialement posséder un pénis, mais signifier à l'autre sexe (donc une femme) que l'on peut, sinon satisfaire, du moins répondre à son désir. Or c'est précisément sur ce mode de l'avoir que l'homosexuelle que l'on qualifie maintenant de "perverse" (mais uniquement dans son rapport à la première, hystérique), entend rivaliser avec l'homme. En quoi elle est crue d'ailleurs, du moins quelque temps, par l'homosexuelle hystérique (avec laquelle elle peut faire couple) qui a discrédité depuis longtemps le désir masculin, comme incapable de satisfaire son "vrai" désir féminin "au-delà" même du désir, désir transcendant et infini (preuve qu'elle le confond avec la demande et l'amour). Naturellement, presque narcissiquement, elle s'imagine que seule une femme, une "vraie femme", l' "Autre femme" peut satisfaire le vrai désir comme Autre désir. C'est ici qu'elle se leurre, elle qui rêve d'hétérosexualité absolue, car qu'est-ce qu'une vraie femme ? Serait-ce l'homosexuelle perverse, qui ne demande qu'à la faire jouir (éventuellement l'aimer) comme un homme le ferait, mais mieux que lui, c'est-à-dire comme un sur-homme ? Se laissera-t-elle berner, abuser même ? Car le désir pervers, lui, ne s'embarrasse pas de question sur l'essence de la féminité, et ne joue pas à repousser la jouissance : il se rabat plutôt sur un impératif de jouissance immédiate. D'autre part l'homosexuelle véritable n'aime pas les femmes au sens où l'hystérique aime la féminité ; de ce point de vue elle les déteste plutôt. Son identification est double : en tant qu'homosexuelle, elle connaît l'identification "régressive" au Père (comme le dit Freud). Mais en tant que perverse, elle s'identifie à la mère phallique primordiale qui châtre les hommes et les exclut partiellement de leur univers. Mais pas entièrement : l'homme reste présent dans la vie de l'homosexuelle perverse en tant que châtré précisément, en tant que défié, et s'il s'agit d'un analyste spécialement, en tant que trompé. Perverse elle l'est au sens où la répartition n'est pas seulement du genre : les hommes d'un côté (le mal), les femmes de l'autre (le bien), mais bien plus narcissique : d'une part la femme et sa mère apparaissent non châtrées, d'autre part les autres femmes (les hommes sont laissés tombés comme objets sexuels) sont réduites à des objets potentiels de jouissance et sont châtrées. 
Cette identification à une maternité primordiale, non sexuée, nous met sur la piste pour reconnaître l'existence d'un fétiche spécifique à l'homosexuelle perverse, peut-être à toute femme perverse. Chez la femme, le fétiche se ramène à sa progéniture, disait Lacan. Quelle fonction ce fétiche pourrait-il avoir ? La même que le fétiche masculin qui est censé masquer et dévoiler en même temps ce que le petit garçon n'a pas vu au niveau du sexe maternel, de sorte que le fétiche représente le phallus imaginaire maintenu à cette place. Il est clair que l'enfant, s'agissant d'un être imaginaire et fantasmé le plus souvent, ou bien plus rarement d'un être réel en position directe d'objet de jouissance (et donc d'objet surprotégé) constitue un phallus idéal pour l'homosexuelle désireuse de prouver aux hommes qu'ils sont à peu près inutiles, tant pour fabriquer des enfants que pour assurer la jouissance sexuelle d'une partenaire féminine. L'enfant fétiche n'a le plus souvent d'existence qu'imaginaire, invisible plutôt que visible, intérieure plutôt qu'extérieure : il est censé appartenir originellement et de plein droit au corps féminin, en commençant par le corps maternel, "gros" depuis toujours d'une telle potentialité de vie et de jouissance. Dans l'analyse célèbre de la "jeune homosexuelle", Freud a montré la position d'enfant-objet auquel se réduisait la jeune fille au moment de son passage à l'acte, en chutant du haut d'un pont de chemin de fer. Elle réalisait par-là ce phallus imaginaire, sur le mode du dépit causé par l'attitude du père, en accouchant potentiellement d'un enfant mort. Mais dans le cas des homosexuelles perverses et déclarées, ce stade de l'adresse au père n'est plus de mise : le phallus, elles l'ont, elles ne le sont pas, et elles s'en servent (c'est une puissance). Elles n'ont pas l'intention de devenir mère, et se conduisent plutôt comme des surhommes, fortes de l'enfant-fétiche qu'elles ont en elles imaginairement et qu'elles ne céderont jamais, vu qu'il s'identifie à leur organe sexuel et à sa puissance supérieure à celle de l'homme, comme en constante érection interne. 
L'explication psychanalytique semble ainsi parfaitement achevée. Il reste qu'on ne peut pas réduire l'existence d'un sujet, fût-il pervers, à un rapport simplement autistique avec cet objet de jouissance et de puissance qu'est le fétiche. Relançons au moins la réflexion, et traçons une piste. Loin d'être seulement une sujétion à la mère toute puissante, l'essence de l'homosexualité féminine (dans sa version perverse, certes exceptionnelle) ne réside-t-elle pas plutôt dans l'extériorisation et l'utilisation politique du fétiche, et ne faut-il pas reconnaître une dimension proprement éthique à la provocation (perverse) homosexuelle ?